Vous avez le bonjour de sa majesté

Eh oui vous l'aurez sûrement compris, je reviens donc de quelques jours de vacances dans ce beau pays qu'est l'Angleterre. Beau mais pluvieux. Mais beau.

Au volant d'une sympathique petite Fiat 500 louée pour l'occasion, Mlle Yummy et votre serviteur ont parcouru la côte ouest et sud pour finir ensuite par London évidemment. Pour ceux que ça intéresse voilà un petit aperçu de ce séjour.

Un peu de pamplemousse ?

Dans la catégorie "crowdfunding pour changer", je vous invite à jeter un petit coup d'oeil à la démo d'un petit jeu d'aventure dont la campagne indiegogo se termine bientôt.

Plutôt original, je lui trouve en fait de nombreux points commun avec mon Ludwig Van Bousier. C'est dire si ça le rend sympathique ! :p

Voilà donc l'occasion de vous dévoiler quelques compléments
sur
Ludwig Van Bousier.

Dans quel étrange monde vivons-nous...

Alors devinez de quoi je vais vous parler aujourd'hui ? Ca commence par Crowd et ça fini par Funding... ah... encore ?... oui mais l'histoire que je vais vous rapporter ici est particulière et vous l'avez peut-être déjà entendu ailleurs vu l'ampleur incroyable que ça a pris.

Relayé principalement par le site Reddit qui renvoie sur le meilleur et le pire du web, des tas de gens se sont précipités sur la page d'Indie Gogo pour un élan de générosité tout à fait louable mais qui commence à friser la folie.

Ecotone, c'est de la bonne

Le crowdfunding a le vent en poupe en ce moment et sachez d'ailleurs que moi même, pour faire original, je prépare un petit projet dans ce sens qui sera en partie dévoilé cette semaine... voilà pour le pre teasing...

Quoiqu'il en soit, parmi les projets qui fleurissent sur les plateformes de Crowdfunding, on voit un peu de tout et il n'est pas toujours évident de s'y retrouver et d'y dénicher ceux qui valent vraiment la peine. Petits veinards, par bonheur je suis là, et en voilà un que je vous encourage à soutenir: Ecotone.

C'était mieux avant !

Je me fais vieux et en tout vieux qui se respecte, il faut que je râle. Bon ok, je ne fais pas encore tout à fait partie du troisième âge et mon taux de râlage devrait théoriquement rester relativement bas... mais quand même, j'ai l'impression de faire partie d'une autre génération numérique, je me souviens d'un temps qui me semble bien loin maintenant... un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Montmartre en ce temps là, accrochait ses lilas.